« La vie est belle », Lancôme, interprété par Mademoiselle Maurice




J’ai découvert le travail de Mademoiselle Maurice grâce à l’exposition organisée par Chassagnac-Atelier d’événements au Carrousel du Louvre en 2015.

Brodée dans le papier, l’œuvre de Mademoiselle Maurice est une véritable ode à la légèreté. Investissant différents lieux, du Palais de Tokyo à Paris aux plages de San Francisco, le passage de Mademoiselle Maurice crée un spectre de couleur d’une fine sensibilité comme un sillage olfactif.

Lorsque j’ai contacté Mademoiselle Maurice pour collaborer avec le blog, je ne pensais pas lire une réponse aussi enjouée. L’olfactif lui parlait. Créer à partir d’odeurs était pour elle une démarche qui l’accompagnait depuis longtemps. C’est ainsi qu’elle m’a proposé parmi toutes ses œuvres celle qui était la plus inspirée du parfum qu’elle porte : La vie est belle, de Lancôme.


Cette installation a été exposée au  Musée National de Singapour dans le cadre du festival Masak Masak !


« Ce parfum joue sur les profondeurs sucrées, m’évoque l’enfance, l’innocence, la douceur… On retrouve ses profondeurs dans cette création suspendue, composée de centaines de pliages papier en volume, qui semblent s’envoler vers le ciel…Une invitation à l’envol, une « mise en apesanteur », comme en toute insouciance, tout comme La vie est belle, qui est aussi une parenthèse dans le temps, mais qui ne serait pas figée mais qui nous suivrait tel un halot de positivisme… Le nom de la fragrance est assez révélateur… La Vie, la beauté, tout comme ce que peut apporter et évoquer une création… Candeur, couleur, gourmandise… à voir, à porter, à sentir, à apprécier… » Mademoiselle Maurice.


Parfumeurs : Anne Flipo, Olivier Polge et Dominique Ropion – IFF




© 2018 - Le Journal d'un anosmique

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon