Lexique olfactif d'Israël




Direction Israël !


Ça a commencé avec une légère odeur de cumin, l'odeur de la sueur qui perle sur ma peau face à l'ampleur des fouilles à la douane. Mais la suite s'est avérée nasalement plus appréciable.



Huile essentielle d'orange

Le jus de Grenade pressé dans les rues de Jérusalem. Étrangement proche du jus d'orange.


Benzaldehyde

L'odeur de la pierre de l'onction, où le corps de Jésus a été préparé avant sa crucifixion. Volontairement parfumé à cette note cerise et amande. On y frotte son étole pour emporter cette odeur avec soi.


Scatol

Excréments et animal mort. L'odeur de « l'eau sale », arme olfactive utilisée par la police Israélienne pour dissiper les opposants.


L'aldehyde C8

L'odeur farineuse et grasse des pois chiches. Un peu de pyrazine, molécule grillée rappelant le sésame doré, et on obtient un houmous.


Huile essentielle d'olibanum

Le poussiéreux des vieilles pierres d'église et l'odeur d'encens qui se consume.


Musc BRB

Ciment lourd et enveloppant. Un bain de boue dans la mer Morte.


Helional

Aqueux, salé, frais et anisé.

Un arak sur les plages de Tel Aviv, l'équivalent de notre Pastis sur le port de Marseille.

Absolue Cassie

Une ballade sur le mont des olivier.

Ça sent le maquis sec, le sable chaud et le soleil qui écrase.

© 2018 - Le Journal d'un anosmique

  • Black Facebook Icon
  • Black Instagram Icon
  • Black Twitter Icon